Deux djihadistes anglais condamnés à la prison à leur retour de Syrie

 

Mohommod Hassin Nawaz (à gauche) et Hamza Nawaz (à droite) se seraient enfuis en traversant une rivière entre la Syrie et la Turquie après avoir reçu un message de leur famille les prévenant de l’imminence des frappes aériennes occidentales.

Deux frères londoniens ont été condamnés respectivement à quatre ans et demi et à trois ans de prison pour s’être rendus dans un camp «d’entraînement terroriste», alors que le gouvernement britannique renforce ses mesures antiterroristes.

            La justice britannique a prononcé ses premières condamnations à de la prison ferme contre des djihadistes de retour de Syrie. Les frères Mohommod Hassin Nawaz, 31 ans, et Hamza Nawaz, 24 ans, écopent respectivement de quatre ans et demi et de trois ans de prison pour s’être rendus dans un camp «d’entraînement terroriste» en Syrie. Ils ont plaidé coupables. Le juge a reconnu qu’il n’y avait pas de preuve qu’ils aient participé à des combats ou préparé d’action terroriste. Leur avocat a qualifié leur aventure de «sommet d’amateurisme».
«L'emploi du temps» du camp d'entraînement djihadiste auquel les deux frères ont participé. Photographie saisie dans leurs téléphones.
«L’emploi du temps» du camp d’entraînement djihadiste auquel les deux frères ont participé. Photographie saisie dans leurs téléphones. Crédits photo : HANDOUT/Reuters

Partis fin août, via la France et la Turquie, en disant à leur famille qu’ils se rendaient en Écosse, les frères originaires de l’est de Londres ont été arrêtés à leur retour le 16 septembre au port de Douvres en provenance de Calais, en possession de munitions pour fusil d’assaut de type AK-47. Ils rapportaient également dans leurs téléphones portables une série d’images de leur séjour au sein des milices anti-Assad. Leurs journées débutaient dès 4h30 du matin par des prières et de l’enseignement islamique, suivies de longues heures d’entraînement militaire, au sein d’une organisation dénommée Jound al-Cham (Soldats de Damas, voir «l’emploi du temps» ci-contre).

Ils se seraient enfuis en traversant une rivière entre la Syrie et la Turquie après avoir reçu un message de leur famille les prévenant de l’imminence des frappes aériennes occidentales. La famille avait entre-temps alerté la police.

Privation de passeport

Selon Scotland Yard, environ 500 Britanniques sont partis combattre en Syrie. L’État islamique serait la «menace la plus grave» pour la sécurité du Royaume-Uni depuis le 11 septembre 2001, a affirmé la ministre de l’Intérieur, Theresa May, pour justifier la présentation, mercredi, au Parlement d’un arsenal de dispositifs renforçant la lutte antiterroriste.

Mohommod Hassin Nawaz pose en Syrie, sur l'une des photos saisies dans son téléphone portable.
Mohommod Hassin Nawaz pose en Syrie, sur l’une des photos saisies dans son téléphone portable. Crédits photo : HANDOUT/Reuters

Parmi les mesures phares annoncées, celles concernant les djihadistes à leur retour en Grande-Bretagne suscitent de vives controverses. Le plan de Theresa May donne le choix aux ex-combattants: soit revenir et accepter d’être poursuivis et placés sous le contrôle des services de sécurité, soit être bannis du territoire pendant une durée allant jusqu’à deux ans. Amnesty International estime que cela enfreint la loi internationale en risquant de rendre des personnes apatrides.

Une autre mesure prévoit de retirer leur passeport aux Britanniques soupçonnés de vouloir quitter le pays pour rejoindre des organisations terroristes. En introduisant une crainte de délit de faciès, elle suscite des inquiétudes sur une stigmatisation de la communauté musulmane.

Le responsable d’un organisme de contrôle de l’antiterrorisme nommé par le gouvernement, David Anderson, critique la précipitation des projets du ministère de l’Intérieur qualifiés d’«annonces en attente d’une stratégie».

http://www.lefigaro.fr/international/2014/11/27/01003-20141127ARTFIG00200-deux-djihadistes-anglais-condamnes-a-la-prison-a-leur-retour-de-syrie.php

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.